imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Glencore Xstrata vend Las Bambas au chinois Minmetals

Le 14 avril 2014 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Mines


La vente pour 5,85 milliards de dollars de la mine de cuivre péruvienne de Las Bambas à un consortium dirigé par MMG, une filiale du groupe d'Etat Minmetals, confirme que l'appétit de la Chine pour les métaux de base n'est pas rassasié. Conformément à leurs priorités, Minmetals aura du cuivre, Glencore Xstrata du cash. 


Sans surprise, c'est un consortium chinois, dirigé par l'entreprise d'Etat Minmetals qui a finalement trouvé un accord avec Glencore Xstrata pour racheter le complexe cuprifère de Las Bambas au Pérou. La cession de ce riche gisement était une condition de l'aval des autorités chinoises de la concurrence à la fusion entre Glencore et Xstrata. La vente devrait être bouclée au 3e trimestre 2014 au prix de 5,85 milliards de dollars. Toutes les dépenses d'investissement ainsi que les autres coûts du projet, engagés en 2014 seront remboursé par le consortium. Ces dépenses atteignaient déjà 400 millions de dollars fin mars. Le consortium comprend MMG (filiale à 73,75% de Minmetals), qui détiendra 62,5% du projet, Guoxin International Investment Corporation (22.5%) and CITIC Metal (15%).

 

Il s'agit d'un prix intéressant pour les vendeurs, note Jeff Largey de Macquarie, rappelant que la transaction s'est effectuée dans le haut de la fourchette attendue entre 5 et 6 milliards de dollars. Tablant sur des investissements équivalents au 2e trimestre à ceux du premier, Glencore Xstrata recevra 6,65 milliards de dollars. Cette somme considérable devrait être utilisée à réduire l'endettement du groupe, à des investissements opportunistes et, comme le rappelle toujours le dirigeant du groupe Ivan Glasenberg, à augmenter le retour pour les actionnaires. Glencore Xstrata, qui affirme son intérêt pour le métal rouge, pourrait profiter de cette manne pour accélérer ses investissements en Zambie et en République démocratique du Congo, prévoit Paul Gait, un analyste de Berstein Research.

 

La direction de Glencore Xstrata, pariant sur la solidité du marché du cuivre, aurait pu décider de garder Las Bambas, et pour satisfaire les autorités chinoises, vendre d'autres actifs cuprifères, estime Largey. L'existence d'une stratégie alternative et la confiance affichée dans Las Bambas ont renforcé la main du vendeur qui a ainsi pu tirer un bon prix de la vente de sa mine péruvienne. Le fait que les groupes chinois aient accepté de traiter à un prix élevé alors que le cours du cuivre vient de subir une sévère correction confirme bien que les besoins en cuivre de la Chine ne sont pas satisfaits.

 

Andrew Michelmore, le directeur exécutif de MMG, a déclaré ne pas pouvoir encore valider la date de démarrage de Las Bambas, avancée par Glencore Xstrata. Sa compagnie a lancé un important groupe de techniciens sur le projet afin de l'intégrer au plus vite. Le directeur ne prévoit, comme les analystes, aucun obstacle règlementaire à l'acquisition. Le projet, terminé à 56%, a déjà reçu 3,5 milliards de dollars d'investissements et 2,4 milliards de dépenses supplémentaires sont en cours, a rappelé Michelmore. MMG est un groupe coté à Hong Kong, composé des actifs de la compagnie australienne OZ Minerals rachetée en 2009 par Minmetals pour 1,39 milliard de dollars.

 

Las Bambas devrait produire 2 millions de tonnes de cuivre au cours de ses cinq premières années d'exploitation, ce qui en ferait le troisième gisement cuprifère, après Escondida, au Chili et Cerro Verde, au Pérou. "Les ressources de cuivres sont évaluées à 3,9 millions de tonnes (Mt) de cuivre contenu, elles augmenteront à 10,5 Mt", a souligné Michelmore, notant que le cuivre allait jouer un bien plus grand rôle dans son groupe. La mine dispose de réserves suffisantes pour produire 400 000 à 450 000 tonnes de cuivre par an pendant plus de 20 ans. Le concentré est de bonne qualité, contenant 30 à 35% de cuivre, avec peu d'impuretés et très peu d'arsenic.

 

MMG a immédiatement signé un accord de livraison (offtake) avec son actionnaire principal, China Minmetals Non Ferrous Metals. "La Chine est un importateur de concentrés de cuivre majeur et en forte croissance", a souligné MMG, rappelant que Minmetals est un important trader de métaux. Si une grande partie des ventes de MMG sont effectués sur d'autres marchés, Minmetals est son principal courtier pour la Chine. Guoxin, qui est un groupe financier, ayant également signé des accords offtake avec Minmetals et CITIC, les deux groupes contrôleront respectivement 73,75% et 26,25% des concentrés de cuivre produits par Las Bambas. 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation