imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Glencore refuse de surenchérir sur le rachat de Xstrata

Le 21 août 2012 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Commodités


Le trader helvétique, dont les résultats pour le premier semestre sont meilleurs qu’attendus, n’a pas l’intention d’améliorer son offre sur la compagnie minière. 

 

Grace à de bons résultats de son secteur commercial Glencore vient d’annoncer des profits certes en retrait sensible par rapport à l’année précédente, mais supérieurs aux attentes des analystes. Si les revenus du groupe pour le premier semestre 2012 ont augmenté de 17% par rapport à l’année précédente à 107,96 milliards de dollars, son ebitda a perdu 17% à 3,2 milliards de dollars. Il a cependant rebondi de 22% par rapport au semestre précédent.

La partie industrielle de son activité a subi le recul général du secteur avec un ebitda en chute de 32% à 1,39 milliard de dollar contre. Plus solide, son activité de trading n’a diminué que de 10,8% à 1,11 milliard de dollar. Son profit net a baissé de 26% à 1,8 milliard de dollars, supérieur toutefois au consensus qui ne l’attendait qu’à 1,6 milliard.

Commentant ces résultats, le directeur général de Glencore, Ivan Glasenberg, a souligné la « solide performance » de son activité trading. Il a également décrit un secteur des matières premières subissant les effets combinés du ralentissement des demandes chinoise et américaine. « Pour les deux plus importantes économies du monde, les Etats-Unis et la Chine, 2012 sera une année de transition politique », a-t-il rappelé. Ce qui va ralentir la progressive reprise de la croissance après la crise financière de 2008.

Ces prévisions sombres sur les perspectives à court terme du secteur des matières premières ont confirmé que le dirigeant de Glencore n’envisage pas de réévaluer les parités d’échange d’actions entre Glencore et Xstrata. Alors que Glencore propose une fusion entre les deux groupes sur la base de 2,8 actions Glencore pour 1 action Xstrata, le fonds qatari Qatar Holdings exige un ratio de 3,25. Pas question pour Glasenberg, « Cette opération n’est pas une obligation mais elle fait sens…si les actionnaires ont une opinion différente…c’est leur  choix » a-t-il confié à Reuters dans un entretien téléphonique.

Avec un recul de son profit plus sévère que celui de Glencore, les marchés on sans surprise dégradé la valeur de Xstrata plus lourdement que celle de son compatriote. La parité entre les deux groupes est désormais au plus bas depuis l’annonce du plan de fusion en février dernier à 2,54. Un taux qui indique que pour de nombreux intervenants cette opération pourrait bien ne pas avoir lieu, tout au moins cette année.



Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation