imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Coup d’arrêt pour Fortescue

Le 05 septembre 2012 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Mines


Le nouveau petit géant du minerai de fer australien réduit son programme d’investissement et supprime un millier de postes.

 

La progression à marche forcée du nouveau venu du minerai de fer australien, Fortescue Metal Group, s’est brutalement interrompue. Le groupe minier a subi de plein fouet le ralentissement de la demande de la sidérurgie chinoise. Désavantagé face aux trois géants du secteur – le brésilien Vale et les deux anglo-australiens Rio Tinto et BHP Billiton – par un minerai plus pauvre et par un endettement très important, il a réagi rapidement à un prix du minerai de fer tombé sous les 90 dollars.

Son vaste plan d’expansion dans le Pilbara (Western Australia) a été drastiquement revu à la baisse. De 55 millions de tonnes (Mt) sa capacité de production annuelle devait bondir à 155 Mt d’ici à juin prochain. Le nouvel objectif a été réduit à 115 Mt, le développement du gisement de Kings étant repoussé alors que le quatrième quai du port minéralier de Port Hedland ne sera pas raccordé à son réseau ferré. Environ 1 000 postes seront supprimés parmi les sous-traitants, les consultants et le personnel administratif. Ces mesures lui permettront de réduire ses investissements de 1,6 milliard de dollars pour la période 2012-2013 et d’économiser 300 millions de dollars de coûts opératoires. La compagnie pourrait également vendre une centrale thermique et des participations dans une mine de fer.

Interrogé sur la chute des prix du minerai alors qu’il prévoyait qu’ils allaient trouver un socle à 120 dollars par tonne, le directeur exécutif de Fortescue, Nev Power, a expliqué que la baisse avait été beaucoup plus rapide qu’anticipé. Il a toutefois souligné que les prix doivent  remonter vers les 120 dollars car de nombreuses mines sont dans le rouge quand les prix sont inférieurs à ce niveau. Selon la banque UBS, Fortescue a besoin d’un prix moyen de 106 dollars pour être profitable. « Si le gouvernement chinois ne lance pas un nouveau plan de stimulation de l’économie, ce que ne prévoit pas notre chef économiste, une demande faible, une production et des stocks élevés vont projeter les prix du minerai de fer et du charbon à coke vers les plus bas touchés en 2008 », met en garde James Kan de Deutsche Bank. Si les prix se maintiennent au niveau actuel pendant 12 à 18 mois, Fortescue devrait trouver un nouveau financement de 1,5 à 2 milliards de dollars, précise Adrian Wood de Macquarie Securities. 


Une question ? nous contacter


À la une
  • A suivre dans l'actualité

    • Métaux non ferreux (1357)
    • Matières premières industrielles (815)
    • Produits agricoles (719)
    • Energie (649)

© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -