imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

BHP Billiton gèle le salaire de ses dirigeants

Le 25 septembre 2014 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Mines


Pour diriger la plus importante compagnie minière du monde, un salaire annuel de 8 millions de dollars c'est bien suffisant.


Les temps sont durs pour les compagnies minières et leurs dirigeants, qui subissent la conjonction du sensible ralentissement de la demande chinoise et d'une offre devenue pléthorique. Pour faire face à la chute des prix de leurs productions et à une rentabilité fortement érodée, les groupes du secteur qui ont passé des dizaines milliards de dollars par pertes et profits ont taillé dans leurs dépenses d'investissement, fermé ou cédé les actifs les moins profitables et se sont lancés dans de vastes programmes d'amélioration de leur productivité. 
 
Les compagnies se sont également montrées plus regardantes sur les salaires et autres primes touchés par leurs dirigeants. "L'an dernier, lorsque Monsieur Mackenzie a été nommé au poste de directeur exécutif, le conseil d'administration et le comité (de rémunération) ont estimé qu'une révision à la baisse des bases de sa rémunération, en comparaison de celles de son prédécesseur, était appropriés", a indiqué BHP Billiton, dans son dernier rapport annuel. Cette position était partagée par Andrew Mackenzie, dont le revenu, après sa promotion, n'a pas dépassé 8 millions de dollars pour l'année financière 2014, environ la moitié des émoluments du précédent dirigeant, Marius Kloppers. Le salaire de base du dirigeant est de 1,7 million de dollars et ses primes totalisent 5,7 millions auxquelles il faut ajouter divers avantages et les contributions de la compagnie à ses cotisations de retraite. 
 
"La politique de rémunération joue un rôle important dans l'implémentation et la réalisation de la stratégie du groupe et dans sa performance", explique BHP dans son rapport. Une part importante de la rémunération totale des dirigeants est liée à ses résultats à court terme (2 ans) et à plus long terme (5 ans). Les primes diverses, payées en actions, sont liées à la réalisation d'objectifs de création de valeur pour les actionnaires. Cette approche avait été validée par 97% des actionnaires lors de l'assemblée générale précédente. Pour la troisième année consécutive, les indemnités des directeurs exécutifs ont également été gelées. 
 

Une question ? nous contacter


À la une
  • A suivre dans l'actualité

    • Métaux non ferreux (1357)
    • Matières premières industrielles (815)
    • Produits agricoles (719)
    • Energie (649)

© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -