imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Baosteel à l'assaut du fer australien

Le 05 mai 2014 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Mines


Profitant de la baisse des prix du minerai de fer, le sidérurgiste chinois s'est associé à une entreprise de transport australienne pour prendre le contrôle d'un important gisement de minerai de fer australien.


Baosteel Group, la société mère du plus important sidérurgiste chinois coté, Baosteel, a fait une offre de 1,4 milliard de dollars australiens (1,3 milliard de dollars) pour prendre le contrôle d'Aquila Resources. Associé au groupe de transport australien Aurizon Holding, Baosteel offre en numéraire 3,40 dollars australiens pour chaque action de sa cible, soit une prime de 39% par rapport à sa dernière cotation. Baosteel était déjà présent au capital d'Aquila depuis 2009, à hauteur de 19,8%. Son premier actionnaire est son directeur exécutif, Toni Poli, qui, selon Bloomberg, détient 29% de son capital.
 
Le principal actif d'Aquila est sa participation de 50% dans West Pilbara Iron Ore, un complexe minier situé dans le Pilbara, comprenant un gisement de 445 millions de tonnes (Mt, prouvé et probable) de minerai de fer, avec les installations ferroviaires et portuaires permettant l'exportation du minerai. La production annuelle prévue est de 30 Mt. Aquila développe également, en coopération avec le brésilien Vale, le projet charbonnier de 1,3 milliard de dollars d'Eagles Downs, dans le Queensland. La baisse des prix des pondéreux avait poussé Aquila à ralentir ses projets. 
 
"Puisque les acheteurs potentiels n'ont pu rencontrer le conseil d'administration d'Aquila, nous avons respectueusement décidé de présenter notre offre directement aux actionnaires", a déclaré Zhihao Dai, le président de Baosteel Resources International, dans un communiqué. La direction de la cible a appointé un comité chargé d'évaluer l'offre. Depuis longtemps, Baosteel cherchait à acquérir des gisements ferreux pour assurer ses approvisionnements, a rappelé Le Yukun, un analyste de BOC International, la banque d'affaires de Bank of China. "Les prix ont baissé et il est temps pour Baosteel de procéder à des acquisitions", a souligné l'analyste. 
 
L'opération doit recevoir l'approbation d'au moins la moitié des actionnaires de sa cible ainsi que l'aval des autorités australiennes sur les investissements étrangers. Si la transaction s'effectue, Baosteel détiendra 85% du capital de sa cible, Aurizon en contrôlant les 15% restant. Les autres actionnaires de West Pilbara Iron Ore seront alors AMCI (25,5%), un groupe de capital-investissement dont le dirigeant a déclaré qu'il n'était pas question de céder sa participation, et le sidérurgiste coréen Posco (24,5%). 
 
Cet investissement de Baosteel semble signaler un retour aux achats des grands groupes chinois de la métallurgie et de la sidérurgie. Depuis le début de l'année, le groupe chinois Minmetal a décidé de verser plus de 6 milliards de dollars à Glencore Xstrata pour le projet cuprifère de Las Bambas et un autre Chinois, Citic Goup, a pris 13% du producteur australien d'alumine Alumina pour 468 millions de dollars. Mettre un pied au Pilbara permettrait à Baosteel de desserrer l'étau des quatre grands groupes qui monopolisent le commerce du minerai de fer.
 

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation