imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

"Sans résolution du conflit ukrainien, l'hiver sera difficile"

Le 17 juin 2014 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Entretien
Michael Bradshaw
Michael Bradshaw

ENTRETIEN 

Entretien avec Michael Bradshaw, professeur à la Warwick Business School, en charge des questions énergétiques.

Quelle est l'importance des volumes de gaz naturel russe qui transitent vers l'Europe via l'Ukraine  ? 
La Russie assure environ un tiers des besoins de l'Europe en gaz naturel. La moitié de ces importations transitent par l'Ukraine. 
 
Les perturbations dans les livraisons de gaz peuvent-elles avoir pour l'Europe l'ampleur de celles des crises de 2006 et 2009 ? 
Pas dans l'immédiat, c'est l'été et l'hiver a été clément et cette possibilité de perturbation n'est pas une surprise. Dans ces conditions, les conséquences immédiates seront minimales. Le problème est que si le conflit se poursuit il aura un impact sur la préparation de l'hiver 2014/2015. Gazprom n'a pas cessé ses exportations de gaz naturel vers l'Europe via l'Ukraine, il a juste réduit les volumes afin qu'ils ne soient pas suffisants pour satisfaire l'Ukraine plus les Européens. Lors des crises précédentes, Gazprom affirmait que c'était l'Ukraine qui prenait le gaz destiné à l'Europe et donc créait une crise d'approvisionnement pour les pays du sud-est de l'Europe. 
 
Les stocks en Europe sont-ils suffisants ? 
Pour les besoins immédiats, il semble que seuls quelques pays ont des problèmes mais qu'ils peuvent être aidés par les interconnections et en redirigeant les flux de gaz. C'est une question que maitrise bien la Commission européenne. Beaucoup a été réalisé depuis 2009 pour augmenter les capacités de stockage et les interconnections de transports, mais beaucoup reste à faire. 
 
Quels sont les pays les plus fragiles ? 
Comme précédemment, ce  sont toujours les pays du sud-est de l'Europe. La construction du gazoduc Nord Stream a significativement amélioré la situation pour les pays du nord-ouest de l'Europe. 
 
Gazprom est-il capable de soutenir un long conflit avec ses clients européens ?  
Ce n'est l'intérêt de personne d'avoir un conflit qui dure et en tout cas, le conflit est entre la Russie et  l'Ukraine, pas avec l'Europe. 
 
Comment l'Europe peut-elle réduire sa dépendance au gaz russe ? 
La Russie est pour l'Europe la source de gaz importé à plus bas coût, les alternatives sont en conséquence plus onéreuses. Les fournitures en provenance d'Afrique du Nord sont limitées et tout aussi peu fiables. A court terme, les importations de GNL sont improbables car les consommateurs asiatiques peuvent renchérir sur les offres des Européens. Les importations de GNL d'Amérique du Nord ne sont pas pour demain et seront probablement à un tarif plus élevé que le gaz russe qui arrive par gazoduc. Le Southern Corridor semble encore risqué et ses volumes sont réduits. La Commission européenne ne souhaite pas que Gazprom réalise la construction de South Stream dans les circonstances actuelles car ce serait juste une nouvelle route pour le gaz russe. En réalité, à court terme, il y a peu d'alternatives viables. 
 
Comment peut faire l'Ukraine ? 
L'Ukraine peut faire beaucoup pour améliorer l'efficience de son système énergétique et développer ses propres sources d'énergie tant fossile que renouvelable. Mais ceci requerra de substantielles réformes économiques et un environnement stable pour les investissements. 
 
Andriy Kobolyev, le directeur général de Naftogaz, affirme que l'Ukraine dispose de 14 milliards de mètres cube de stocks de gaz naturel, assez pour faire face à la demande intérieure jusqu'en décembre. Est-ce une évaluation réaliste ? 
Je n'ai pas la réponse, mais s'ils épuisent leurs réserves, comment trouveront ils leur gaz en janvier 2015, au milieu de l'hiver? A court terme, ils peuvent puiser dans leurs réserves, mais cela signifie qu'il n'y aura pas assez de stocks en Ukraine pour les clients européens et Gazprom a payé pour avoir accès à ces stocks. 
 
Quels sont les risques pour le prix du gaz cet hiver ? 
Tout dépend de la durée de cette situation et quel impact elle a sur les préparatifs pour l'hiver. Sans solution de ce conflit en Ukraine, l'hiver sera très difficile. 

 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation