imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Les terres rares attirent les brevets

Le 18 juillet 2011 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Entretien, Métaux critiques


ENTRETIEN  Entretien avec Grégoire Michel et Benoît Chevalier (*), consultants chez Avenium Consulting, filiale de CEA Investissement, spécialisée en stratégie et management de la propriété industrielle.

Vous avez étudié les tensions sur les terres rares à travers le prisme des dépôts de brevets. Quels enseignements en avez-vous tirés ?

Les informations sur les terres rares demeurent partielles. Grâce à leur caractère public, les brevets sont de bonnes sources d’informations complémentaires pour identifier les tendances de ce secteur et les politiques tant des Etats que des principales sociétés dans ce domaine particulier. Il nous paraît intéressant de les confronter aux évolutions macroéconomiques. Cette étude nous a permis également de mieux cerner les stratégies mises en place par les principaux acteurs du secteur.
 
Que se passe-t-il en Chine ?
Depuis 2004, lorsque le pays a commencé à réduire ses quotas d’exportation, les dépôts de brevets concernant les terres rares ont parallèlement augmenté. Il faut 18 mois pour qu’un brevet soit connu publiquement, c’est pourquoi nos chiffres s’arrêtent à 2008. Toutefois, en Chine, il est possible de connaître les brevets déposés en 2009, voire début 2010. Les brevets chinois ne s’appliquent souvent que sur le territoire national, pas à l’étranger. En Chine, ils sont un outil stratégique complémentaire pour réguler le secteur.
 
Quels stades de la production de terres rares sont concernés par les brevets ?
Certains brevets concernent l’extraction minière, afin d’optimiser les gisements, même si les innovations sont peu nombreuses à ce stade. Mais c’est au niveau de la séparation, et désormais du recyclage, que les nouveaux brevets arrivent le plus. Rhodia va ainsi utiliser ses connaissances technologiques pour extraire des terres rares des stériles issus de l’extraction d’uranium produits par Areva.
 
Quelle est leur utilité ?
Le dépôt de brevet, lorsque la situation globale est stable, permet avant tout d’afficher ses progrès sur le plan technologique. Mais, lorsque les marchés se tendent, comme c’est actuellement le cas pour les terres rares, leur multiplication peut être utilisée comme arme offensive de contentieux. Sur l’ensemble du marché chinois, ils commencent à être utilisés dans des conflits entre entreprises locales et moins à l’encontre des firmes étrangères.
 
Quels sont les pays et les sociétés les plus actifs ?
En Chine, on assiste à une montée en gamme technologique, vérifiée par l’accélération des dépôts de brevets, signe d’un savoir-faire important. Par contre, le Japon a tendance à déposer moins de brevets dans le secteur. Ce qui peut s’expliquer par sa position d’industrie consommatrice peu préoccupée par la production. Nous avons été également surpris par l’absence des Etats-Unis à l’exception du département de l’Energie, et encore, il y a quelques années. Les Français sont par contre très actifs, Rhodia en tête. Certes une part importante du stock de Rhodia a été hérité de la recherche de Rhône-Poulenc, mais le chimiste poursuit sa recherche et est le numéro un hors Chine. Saint-Gobain et des institutions comme le CEA et le CNRS sont également très actifs dans ce domaine.
 
Propos recueillis par Daniel Krajka


(*) Ces deux consultants d’Avenium Consulting ont dirigé l’analyse : « Terres Rares & Brevets : la Chine préserve son monopole » (Voir ce document PDF)

 

Dossier
L'importance des métaux critiques

- Enjeux et contraintes de l’industrie minière

- Les terres rares attirent les brevets



- Pénurie de terres rares à l’horizon

- Terres rares, les Etats-Unis contre-attaquent



- La Chine concentre l’exploitation des terres rares

- L’accès aux métaux rares est critique pour l’Europe



- Les Etats-Unis veulent soutenir la production de terres rares

- Un ETF sur le lithium



- BYD sécurise ses approvisionnements en lithium

- La course aux terres rares



- La substitution au stade expérimental

- Rhodia sécurise ses terres rares



- Chers métaux...

- La Chine maintiendra ses exportations de terres rares en 2011



- Les Etats-Unis, l’autre pays des terres rares

- Le niobium, le meilleur allié de l’acier



- Le meilleur allié de l'acier

- La Chine réduit ses quotas d'exportations de terres rares



- Création d’un Comité pour les métaux stratégiques

- Les restrictions d’exportations montrées du doigt



- Des métaux critiques, très critiques

- « Un pays doit avoir une politique agressive pour sécuriser ses approvisionnements »



- Les terres rares européennes changent de main

- A la recherche des métaux



- Trop de projets pour les terres rares

- Terres rares : les Japonais se jettent à l’eau



- Terres rares : les Japonais regardent au fond du Pacifique

- Les terres rares, des métaux stratégiques pas si rares que cela



- Les métaux à risques

- Des terres rares plus rares



- L’Europe doit faire meilleure mine

- Une baisse des exportations de terres rares chinoises en trompe l’œil



- Une alliance pour sécuriser les approvisionnements de l’Allemagne

- L’Afrique du Sud, nouvel Eldorado des terres rares



- Molycorp lance son concentrateur de terres rares




Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation