imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Les banques centrales réveillent l’or

Le 21 juin 2012 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Entretien


ENTRETIEN 

 

Entretien avec Anne Laure Tremblay, responsable stratégie métaux précieux à BNP Paribas 


Le rebond actuel des cours peut-il s’accélérer ? Quelles sont vos anticipations ?
La publication de mauvais chiffres sur le chômage aux Etats Unis a conduit les marches à anticiper de nouvelles actions de la part des banques centrales.
Nous nous attendons à de nouvelles politiques accommodantes des banques centrales dans les mois qui viennent pour soutenir la croissance économique, ce qui aurait un effet positif sur l'or.

Quel est le rôle des banques centrales dans l’évolution de la demande et des cours du métal jaune ?
La Reserve Fédérale Américaine (Fed), mais aussi la Banque Centrale Européenne peuvent inonder les marchés de liquidités, ce qui a un effet positif sur le métal jaune. Les évolutions des politiques monétaires, en particulier de la Fed, ont poussé les marchés à la hausse comme à la baisse. Un discours de Ben Bernanke, fin février, dans lequel il ne mentionna pas une nouvelle vague d’assouplissement monétaire (quantitative easing), avait sonné la fin du rebond du cours du métal jaune. A l’inverse, il aura suffi de chiffres décevant de l’emploi aux Etats-Unis pour relancer l’or à la hausse. Les marchés anticipaient ainsi la nécessité pour la Fed de desserrer encore plus sa politique monétaire.

Le Banque centrale chinoise peut-elle agir de même ?
En Chine, il est peu probable que l’Etat lance une stimulation économique de l’envergure de celle mise en place en 2008-2009. Elle a toutefois réduit les taux d’intérêt, une opération à laquelle devrait également procéder la BCE en juillet prochain. Aux Etats-Unis la Fed a prolongé son opération Twist - un allongement de la maturité de son portefeuille de bons du Trésor - et pourrait procéder a une nouvelle augmentation de son bilan a travers un QE3.

En quoi une politique d’assouplissement monétaire est-elle favorable à l’or ?
Les politiques d'assouplissement monétaire, en faisant baisser les taux d'intérêt réels, bénéficient a l'or. De plus, les programmes de QE de la Fed, en augmentant le volume de dollars en circulation, a fait baisser la valeur de cette monnaie et a également joue sur les anticipations inflationnistes, deux facteurs positifs pour les cours de l'or.

Quelle est la situation sur le marché physique ?
Sur le marché physique, on constate une baisse de la consommation de la joaillerie, toujours très sensible à l’évolution des prix. Toutefois, la demande des Banques Centrales, qui augmentent leurs réserves de métal jaune, ainsi que celle des investisseurs qui achètent pièces et lingots, se maintient à un niveau élevé. En revanche, les flux dans les fonds indiciels (ETF) ont été plutôt décevants ces derniers mois.

La production d’or est en hausse ?
Motivés par le cours élevé de l’once, les sociétés aurifères ont enfin réussi à augmenter l’offre physique. Toutefois, l’or n’étant pas consommé, comme par exemple le pétrole, l'ampleur des stocks limite le rôle de la production physique dans la fixation des prix.

Quels sont vos prévisions sur les cours ?
Nous attendons une remontée progressive du cours de l’once qui pourrait atteindre 1 800 dollars au quatrième trimestre 2012. Après une moyenne annuelle de 1 695 dollars en 2012, le prix de l’or devrait encore s’apprécier pour s’établir à 1 900 dollars en 2013.


Une question ? nous contacter


À la une
  • A suivre dans l'actualité

    • Métaux non ferreux (1357)
    • Matières premières industrielles (815)
    • Produits agricoles (719)
    • Energie (649)

© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -