imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

"La fin des quotas sucriers européens favorisera la production"

Le 04 septembre 2014 par Franck Stassi
* Mots clés :  Entretien, Produits agricoles
Ruud Schers
Ruud Schers

ENTRETIEN 

Entretien avec Ruud Schers, analyste spécialisé sucre chez Rabobank sur les conséquences de la fin des quotas sucriers dans l’Union européenne le 1er Octobre 2017.


Quelles sont les conséquences de la fin prochaine des quotas sucriers européens ?
Les principales conséquences du changement de régime sucrier de l'Union européenne résident dans une plus forte volatilité des prix de la betterave et du sucre. Ce qui affectera les agriculteurs et les transformateurs. Nous prévoyons également une augmentation de la production de sucre dans les pays de la « ceinture de la betterave », comme la France, l’Allemagne et le Benelux. Enfin, le scénario d’une progression des exportations après 2017 se confirmerait.
 
Quelles sont les implications géographiques de cette réforme ?
Les producteurs seront en mesure de décider des lieux de vente et des quantités qu’ils souhaitent. Le nord-ouest de l’Union européenne (Royaume-Uni, Benelux, Allemagne) offre des débouchés en raison d’un énorme marché (175 millions de personnes) et de la présence d’une partie importante des producteurs européens de boissons et de produits alimentaires. La région a une forte offre de sucre, mais aussi une forte offre de céréales qui peut être utilisée pour les édulcorants à base d’amidon. Les pays d’Europe du Sud (Espagne et Italie) sont pour leur part de grands marchés de consommation.
 
Comment cette réforme pourrait-elle favoriser le développement des édulcorants, parmi lesquels l’isoglucose dont les quotas seront aussi abolis ?
Le dernier prix déclaré du sucre dans l’Union européenne est de 562 euros par tonne, tandis que le prix de l’isoglucose est inférieur d’environ 30 à 60 euros. Prochainement, les fabricants de boissons et de produits alimentaires pourront choisir leur édulcorant dans un marché qui sera plus concurrentiel. Les écarts de prix auront alors un rôle encore plus important qu’à l’heure actuelle.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation