imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

La guerre de la banane continue

Le 07 avril 2009 par Rédaction L'Usine Nouvelle

Les pays ACP dénoncent la baisse des droits de douane proposée par l'Union européenne aux pays latino-américains.



La baisse des droits de douanes sur les bananes dollars continue à faire des vagues. Pour apaiser le litige qui l'oppose aux pays d'Amérique latine producteurs de bananes, l'Union européenne avait proposé en février dernier de baisser progressivement ces taxes de 176 euros aujourd'hui à 114 euros la tonne en 2019, au lieu de 2016 comme le prévoyait l'accord conclu entre les différentes parties en juillet 2008. Toutefois, la proposition européenne n'avait pas fait l'unanimité auprès des latino-américains qui n'acceptaient pas « d'introduire de nouveaux éléments et de renégocier pour arriver à quelque chose de totalement différent et de désavantageux par rapport à l'accord équilibré conclu le 27 juillet 2008 », s'indignait alors Eduardo Sperisen-Yurt, l'ambassadeur du Guatemala auprès de l'Organisation mondiale du Commerce.

Aujourd'hui, ce sont les pays ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique) qui montent au créneau. « Nous sommes très déçus par notre partenaire, la Commission européenne, parce qu'elle sacrifie le développement au profit de la libéralisation du commerce, dénonce Gerhard Hiwat, l'ambassadeur du Surinam qui préside le groupe bananes des pays ACP. Nous avons souvent le sentiment que la Commission ne comprend pas ce que partenariat veut dire. Vous attendez d'un partenaire qu'il ne fasse rien qui puisse vous faire du tort. »

Afin de compenser ces pertes, la Commission européenne aurait proposé près de 100 millions d'aide sur la période 2010-2013, indique les représentants des pays ACP, qui juge la somme insuffisante pour adapter leur secteur bananier. « Nous sommes conscients qu'un accord sur les bananes est un défi supplémentaire pour les ACP, c'est pour ça que des discussions sont en cours » sur une possible aide, commente Lutz Güllner, porte-parole de la commissaire au Commerce, Catherine Ashton, qui n'a pas voulu confirmer le chiffre.

Les droits de douane actuels n'auraient pas empêché « les exportations des pays latino-américains de grossir sur le marché européen », souligne Frederico Alberto Cuello Camilo, l'ambassadeur de la République Dominicaine, qui craint une perte de marché des pays ACP « encore plus rapide ». Selon les chiffres de l'Organisation centrale des producteurs-exportateurs d'ananas et de bananes (Ocab), la totalité des exportations de bananes des pays ACP vers l'UE en 2008 aurait atteint 920 000 tonnes) contre 1,3 million pour le seul Equateur et 3,9 millions de tonnes pour l'ensemble des pays d'Amérique latine.

Cette baisse des droits de douane entraînerait, en outre, une perte d'au moins 350 millions d'euros pour les exportateurs de bananes ACP sur la période 2009-2019, indique Hiwat. Les pays ACP ont d'autre part mis en garde contre les conséquences sociales de leur perte de parts de marché, en particulier une montée du chômage. « Personne ne veut une crise dans les pays ACP, car cela impliquerait plus de pression sur les flux migratoires », insiste Cuello Camilo.

Pascal Coesnon

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation