imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Ça va gazer en Chine

Le 26 juillet 2010 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Chine


Le développement rapide des capacités de production de gaz non conventionnel va fortement ralentir les importations gazières de la Chine.

Un récent rapport du consultant indépendant Wood Mackenzie indique que les importations de gaz naturel liquéfié (GNL) de la Chine devraient augmenter jusqu’en 2020, avant de refluer suite au rapidement développement des gaz non conventionnel. Afin d’augmenter la part du gaz dans son mix énergétique – de 3% en 2005, les autorités ont décidé que la part du gaz grimperait à 10% d’ici à 2020 –, et de réduire la pollution générée par l’utilisation massive du charbon thermique, la Chine avait multiplié les projets destinés à l’alimenter en GNL. Selon l’étude de Wood Mackenzie, les importations chinoises de GNL devraient bondir de 5,5 millions de tonnes (Mt) en 2009 à 93 Mt en 2020.

 

Les grandes sociétés énergétiques chinoises ont ainsi signé de nombreux partenariats avec des compagnies occidentales. En mars dernier China National Offshore Oil Corp a ainsi signé un accord avec BG Group pour la livraison pendant 20 ans de GNL produit dans le Queensland australien.

 

Toutefois, estime le consultant, le développement massif de l’exploitation de gaz non conventionnel – gaz de schiste, gaz de charbon – pourrait bien représenter un quart des besoins chinois d’ici à 2030. « Les shale gaz seront le principal facteur de croissance en Chine…ceci offrira une fenêtre d’opportunité aux compagnies internationales spécialisées dans les hydrocarbures pour s’implanter sur le marché intérieur chinois en profitant des connaissances techniques acquises en Amérique du Nord », explique Wood Mackenzie. La Shell s’est déjà implantée sur ce marché.  

 

En janvier dernier, le ministère chinois de la Terre et des Ressources avait annoncé un objectif de production de shale gaz de 15 à 30 milliards de mètres cubes d’ici à 2020. Les deux grandes compagnies chinoises, Sinopec et PetroChina, investissent massivement dans ce secteur. Ce dernier vise une production quotidienne de 500 m3 dès 2015. Le vice-directeur de l’administration de l’Energie, Wu Yin, vient d’annoncer que la part du charbon dans la consommation d’énergie en Chine, actuellement plus de 70%, devrait passer sous les 50% d’ici à 2050. A plus court terme, la consommation d’énergie par point de Pib devrait être réduite de 20% entre 2011 et 2015.

 

Cet effort de développement des gaz non conventionnels va fortement impacter les importations chinoises de GNL. Depuis que les Etats-Unis se sont tournés vers l’exploitation de leurs propres ressources en shale gaz, la Chine était devenue le principal marché du GNL. Mais ses besoins qui vont grimper à 450 millions de m3 par jour redescendront vers les 225 millions de m3 après 2020.

 

 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -