imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Rechute des prix des ferrailles

Le 26 mai 2010 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Recyclage, Ferrailles


Après une forte hausse depuis le début de l’année, les prix des ferrailles subissent à leur tour une sévère correction.

La tonne de chute industrielle neuve, la E 8, a reperdu plus de 26 euros sur le marché français en juin (tableau N1700). Après avoir fini l’année 2009 sous les 200 euros, elle avait culminé à 325,91 euros en avril après s’être appréciée de 70%, avant de retomber en mai à 299,50 euros. Ce recul est encore plus prononcé dans les évolutions constatées indiquées dans le tableau Q0601. La baisse est de 35 euros dans le nord, de 40 euros en région parisienne et dans l’Est et de 45 euros dans les autres zones. Pour l’ensemble des régions et des qualités les baisses sont comprises entre 35 et 50 euros. Les vieilles fontes résistent mieux, les réductions de prix ne sont que de 20 euros, à l’exception du Centre Sud-est et de Sud-Méditerranée où elles atteignent 45 euros.

 

Sur le marché des ferrailles des Etats-Unis, l’érosion des prix se poursuit. L’indice Iron Age (tableau Q0700), qui s’était apprécié depuis le début de l’année pour culminer fin avril à 375,83 par tonne longue, est retombé à 341,50 dollars. En Espagne, la crise de l’immobilier continue de plomber la demande de ferrailles, entrainant les régions limitrophes de l’Hexagone. Si les aciéristes turcs sont revenus à l’achat, ils ne devraient pas relancer massivement la demande. En Chine, où la consommation de scrap ferreux s’est établie l’an dernier à 90 millions de tonnes, la sidérurgie devrait augmenter l’utilisation de ferrailles, explique Yin Ruyu, le président honoraire de l’Institut central de la recherche du fer et de l’acier. Face à l’envol des prix du minerai de fer, la production d’acier de la filière électrique ne représente pas plus de 10% de l’offre chinoise d’acier, contre une moyenne d’un tiers dans le monde.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -