imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

La ferraille dérouille

Le 22 octobre 2009 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Recyclage, Ferrailles

Les prix des déchets ferreux ploient sous l’absence de demande. Une situation qui pourrait bien perdurer.

Les professionnels étaient impatients de connaître les variations des prix des ferrailles pour octobre. Sans surprise, le résultat est déprimant avec une quarantaine d’euros par tonne de baisse en moyenne (voir tableau Q0601). Ce qui avait été péniblement regagné en 2009 a été plus que reperdu. Les usines sont gavées et ne sont pas à l’achat. Les régions proches de l’Espagne ont un peu mieux résisté que l’Est. Divergences également dans les qualités, les chutes de tôles neuves ont encaissé des baisses allant dans l’Est jusqu’à 50 euros alors que les fontes se sont un peu mieux défendues. Le marché, déjà déprimé, a été perturbé par plusieurs baisses successives.

 

La situation française n’est pas isolée, c’est le marché global des ferrailles qui est « très sinistré », a constaté un observateur attentif. En Espagne, la faiblesse de la demande continue de pousser les prix à la baisse. En octobre, une nouvelle baisse de 10 euros par tonne s’est ajoutée à une chute de 20 euros en début de mois. Et il n’y a pas de signe de rebond à l’horizon, indiquent les acteurs du marché.

 

Plombés par la faible demande de fer à béton tant au Moyen-Orient qu’au Maghreb, les aciéristes turcs ont fortement ralenti leurs achats. Ils attendent de nouvelles baisses des prix des scraps pour revenir sur les marchés. Ceux qui vendent leurs produits longs à un niveau de prix encore inférieur ne trouvent pas pour autant d’acheteurs.

 

La situation ne semble pas plus favorable aux Etats-Unis où les produits de référence enregistrent des baisses sensibles. « Je m’attends en novembre à ce que les prix des scraps industriels piquent encore nettement du nez, comme les produits découpés ou déchiquetés », annonçait récemment le PDG de l’aciériste électrique Steel Dynamics, Keith Busse. S’il est trop tôt pour faire des prévisions pour décembre, Busse table toutefois sur une poursuite de la spirale descendante.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation