imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Pourquoi Glencore met la pédale douce sur le charbon

Le 05 mars 2015 par Myrtille Delamarche
* Mots clés :  Charbon, Matières premières
Xstrata mine de charbon
Xstrata mine de charbon

Le géant suisse des matières premières Glencore a annoncé pour cette année une réduction de sa production de charbon de 6 %, à 138 millions de tonnes (contre 146,3 millions en 2014). Stratégie de soutien des prix de marché, ou levier de négociation ?

 

En annonçant des coupes dans sa production de charbon en Australie (15 millions de tonnes) et en Afrique du Sud (5 millions de tonnes, liées à la fermeture d’Optimum Coal Mines), le premier exportateur mondial affirme s’adapter à l’évolution des prix du charbon thermique, en chute de 25 % depuis la fusion avec Xstrata en 2013.

 

« Nous ne voulons pas être parmi ceux qui auront tiré les prix à la baisse en surproduisant », a ainsi déclaré Ivan Glasenberg dans une attaque à peine déguisée contre ses concurrents Rio Tinto et BHP Billiton, que le patron de Glencore avait déjà accusés d’augmenter leur production de minerai de fer alors que les prix de ce dernier sont au plus bas. « D’autres, à propos d’autres matières, ont avancé l’argument que ‘quelqu’un d’autre comblera ce trou’ [celle-ci pourrait s’adresser à l’Opep, qui tient le même raisonnement sur le pétrole, ndlr], donc si nous réduisons de 15 [millions de tonnes], nous aurons l’air plutôt stupides », commente Ivan Glasenberg, avant d’ajouter : « Mais nous ne pensons pas que là où nous réduisons la production, quelqu’un comblera ce différentiel. Nous connaissons le marché ».

 

Certes, 20 millions de tonnes sont un chiffre significatif sur un marché d’environ 1000 millions de tonnes. Mais pas tout à fait assez pour provoquer un réel rebond des prix, surtout depuis que la Chine a cessé d’absorber les surplus mondiaux. Certains analystes questionnent donc l’annonce de Glencore sous un tout autre éclairage : celui de la saisonnalité du marché.

Des résultats 2014 en demi-teinte pour Glencore

L’Ebitda de Glencore Xstrata s’est accru de 2% entre 2013 et 2014, à 12,7 milliards de dollars. Cette hausse recèle des résultats contrastés. La division marketing (trading) a vu ses revenus avant impôt croître de 15 %, à 3 milliards de dollars, sous l’effet d’une hausse des résultats du spécialiste canadien des produits agricoles Viterra. A contrario, Glencore a passé une charge de dépréciation d’actifs de 1,1 milliard de dollars pour compenser l’arrêt de projets dans le minerai de fer et la chute du prix des produits de base.

Franck Stassi

 

Ainsi, Colin Hamilton, de chez Macquarie, note que Glencore « s’est bien repositionné sur la courbe des coûts de production, après des coupes dans ses dépenses », ce qui rend « peu plausible » le seul argument macroéconomique. L’analyste croit plutôt à un raffermissement de la position du négociant à l’aube de l’année fiscale japonaise, période de renégociation des contrats annuels qui aboutit toujours à une valse des prix. Ces contrats étant négociés sur la base des prix de marché, il est important pour Glencore de créer une crainte - même temporaire – sur la production afin de bénéficier d’un contexte favorable, qui pourrait également pousser les acheteurs japonais à sécuriser des volumes plus élevés. Macquarie croit peu à une réduction durable de la production, tout en reconnaissant que si elle devait durer elle serait à même de soutenir les prix mondiaux.

 

Une stratégie que Glencore reconnaît à demi-mot, en confirmant au Financial Times que « ces coupes auront probablement un effet sur les négociations japonaises, mais aussi sur les prix de marché ».

 


Une question ? nous contacter


À la une
  • A suivre dans l'actualité

    • Métaux non ferreux (1357)
    • Matières premières industrielles (815)
    • Produits agricoles (719)
    • Energie (649)

© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -