imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Les métaux en accusation

Le 17 décembre 2009 par Daniel Krajka

Une législation plus contraignante dans les pays occidentaux pourrait accélérer les délocalisations sans réduire sensiblement les émissions.

Dénoncées pour leurs pratiques, les entreprises métallurgiques et minières accordent dans leurs rapports d'activité et sur internet, une place de choix au développement durable. Notamment à la réduction des émissions de CO2.

La pression des gouvernements (qui vont renforcer les mesures pour limiter la pollution) et celle des opinions publiques les ont même incitées à initier des programmes conséquents.

Anglo American réduit progressivement ses émissions de carbone - 19,7 millions de tonnes équivalents en 2008 - tout en minorant sa consommation d'énergie. La seule récupération des émanations de méthane de son complexe minier de Capcoal, dans le Queensland, produit 32 MW fournis au réseau électrique australien, retirant l'équivalent des émissions de 250 000 automobiles.

L'inquiétude pour tous ? L'adoption par certains pays d'une fiscalité contraignante qui, en l'absence d'une taxation sur les importations, serait catastrophique pour les producteurs européens. Elle entraînerait la délocalisation des industries comme la sidérurgie et la métallurgie vers des pays aux normes moins contraignantes. Aux Etats-Unis, le secteur s'inquiète des conséquences d'initiatives de régulation non partagées par les autres pays. Pour les mines, la question ne se pose pas, on ne peut pas délocaliser un gisement.

En prélude à Copenhague, le cabinet d'audit McKinsey avait organisé un débat sur ce sujet avec la participation de Tom Albanese, le directeur exécutif de Rio Tinto. Comme ses concurrents, Rio milite en faveur d'un système de plafonnement et d'échange (cap and trade) global. En plus des avancées permettant la réduction d'émissions lors du process, mineurs et métallurgistes mettent en avant la captation et le stockage du carbone et critiquent la fiscalisation qui risque de déséquilibrer les marchés sans inciter à la réduction globale.

 

CHARBON INDISPENSABLE

 

Le facteur critique est la source d'électricité. Selon son origine (hydraulique, nucléaire, gaz naturel ou charbon), le montant des émissions de CO2 varie considérablement. Mais les « énergies vertes » ne suffiront pas ; le charbon est toujours la source principale de la production d'énergie. Pour satisfaire leurs besoins en énergie, Chine et Inde doivent puiser dans leurs énormes réserves de charbon. En 2009, la Chine aura produit près de 3 milliards de tonnes de houille.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation