imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Les islamistes animent les cours du pétrole

Le 13 juin 2014 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Pétrole


Le cours du Brent s’est apprécié sensiblement suite à l’offensive de l’EIIL en Irak. Mais les gisements pétroliers irakiens sont encore hors de portée des groupes armés sunnites.

 

Une brutale offensive de l’Etat Islamique en Irak et au Levant a obligé l’armée irakienne à abandonner une partie conséquente du territoire irakien. La deuxième ville du pays, Mossoul, est tombée entre les mains d’un groupe armée de plusieurs milliers de combattants qui se rapproche de Bagdad.  Toutefois il sera difficile pour l’EIIL de s’emparer de la capitale du pays et plus encore du sud, habité principalement de Shiites, qui leurs sont hostiles. Au nord, les peshmergas kurdes ont sécurisé la grande ville de Kirkuk, à la frontière du territoire qu’ils contrôlent.

 

L’avancée du groupe armée sunnite, qui comprend également des tribus locales et d’anciens cadres de l’armée de Saddam Hussein – unis par l’heur hostilité au gouvernement d’Al Maliki – n’a, pour l’instant qu’un impact limité sur l’offre globale de pétrole, constate Edward Morse, dans une note de la banque américaine Citi. Mais cette situation, comme l’annexion de la Crimée par la Russie et la désintégration de la Lybie, confirme un séisme géopolitique qui aura des répercussions sur les grands équilibres de la région. Un risque de fragmentation en Irak comme en Syrie, le long de lignes religieuses, ethniques, tribales, régionales, va accroitre les revendications sur le partage de la rente pétrolière. Ces revendications remettent en cause la stabilité, déjà bien fragile des institutions qui tentent de gouverner la région.

 

Signe de nervosité relative des marchés, le cours du Brent s’est appréciée de 3 dollars le 12 novembre, remontant à son plus haut depuis septembre 2013. Une hausse qui avait amplifié la différence avec le WTI. Le 13 novembre cependant, les cours se stabilisaient. L’Etat américain, bien que très critique vis-à-vis du gouvernement irakien, s’était engagé à le soutenir militairement, probablement par des frappes aériennes. Les grands gisements pétroliers du pays sont de plus hors de portée de l’EIIL. Au nord, les Kurdes contrôlent les gisements de Kirkuk et de Khor Mor. Au sud, ce sont Rumalia, le plus important gisement du pays, et d’autres qui sont en territoire shiite. Le sort de la plus importante raffinerie du pays, Baiji près de Mosul, qui alimente Bagdad, est mal connu.

 

 

 

 

L’Irak est l’une des rares zones dans le monde où de nouvelles quantités de brut peuvent être extraites à bas coût, rappelle la banque américaine. Au nord, le gouvernement régional kurde pourrait profiter de la situation pour augmenter les volumes envoyés vers la Turquie. L’Etat central n’est guère en mesure de lui contester une plus grande autonomie sur la gestion de la rente pétrolière dans le nord du pays. Le pipeline Kirkuk-Ceyhan, par lequel transite le pétrole en provenance des gisements kurdes, a une capacité théorique de 1,6 million de barils/jour (mb /j), mais actuellement les volumes qui transitent sont compris entre 0,7 et 0,9 mb/j, souligne Michael Lewis de Deutsche Bank.

 

 

 

 

Au sud, le port de Faw, près de Bassorah, est le principal port pétrolier du pays. Il est relié à deux terminaux, Al Basra et Khor al Amaya. Le premier a une capacité de 2 mb/j le second de 0,8 mb/j. Selon Platts, ces capacités pourraient facilement être augmentées à respectivement 3,6 et 1,8 mb/j. la capacité globale de l’Irak est actuellement de 3,65 mb/j, estime l’AIE. En avril, sa production était de 3,34 mb/j. D’importants investissements par des groupes pétroliers internationaux devraient porter sa production à 4 mb/j d’ici à la fin de 2014 et à 5 mb/j à plus long terme.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation