imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Les cours du pétrole poursuivent leur baisse

Le 20 janvier 2009 par Rédaction L'Usine Nouvelle
* Mots clés :  Societe Generale, Pétrole

Les cours du pétrole étaient toujours engagés dans une spirale baissière mardi, sous le coup de la résolution du différend gazier entre la Russie et l'Ukraine et de la persistance des inquiétudes concernant la demande mondiale.

A 6h40 GMT, le contrat février sur le brut léger américain perdait 2,61 dollars, soit 7,15%, à 33,90 dollars le baril tandis que le Brent ne cédait que 0,33 dollar (-0,74%) à 44,17 dollars.

La nouvelle poussée du dollar face à l'euro, avec un plus haut de six semaines à la clé, pèse sur l'or noir et sur l'ensemble des matières premières qui ont la monnaie américaine comme devise de référence.
Le recul du brut léger américain est accentué par l'arrivée à échéance ce mardi du contrat février et par des volumes qui restent étroits après la fermeture de l'ensemble des marchés américains lundi, pour cause de Martin Luther King's Day. Le contrat mars, qui entre en vigueur dès mercredi, est en baisse de 2,29 dollars (-5,38%) à 40,28 dollars. "Les facteurs météorologiques sont les seuls susceptibles d'offrir un soutien du côté de la demande", constate la Société générale dans une note de recherche.
Depuis le record historique des 147 dollars le baril en juillet dernier, les cours du pétrole ont perdu plus des trois quarts de leur valeur. Ce seuil avait été atteint en raison de l'impact sur la demande du brutal ralentissement économique mondial.
La Chine, qui fut l'un des moteurs de la demande ces dernières années et donc de la hausse des cours, doit publier cette semaine ses chiffres de croissance pour le quatrième trimestre. D'après les économistes, la hausse du produit intérieur brut (PIB) devrait avoir progressé de seulement 7% sur la période, un chiffre évidemment bien supérieur à l'ensemble de pays développés, entrés en récession, mais qui correspond au rythme de développement le plus bas de ces 10 dernières années.

Carine Sai

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation