imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Le Maroc et le Gabon s'associent pour produire des engrais

Le 10 mars 2014 par Daniel Krajka


Les deux pays africains vont mettre en commun leurs ressources naturelles pour répondre aux besoins grandissant en engrais de l'Afrique. 


Dernière étape d'un périple africain entamé au Mali, le Roi du Maroc  Mohammed VI s'est rendu au Gabon pour une visite de trois jours. Lors d'une cérémonie qui s'est déroulée au palais présidentiel de Libreville, le souverain a signé avec le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, un partenariat stratégique visant à produire des engrais qui recevra un investissement de 2,3 milliards de dollars, soit 1,66 milliard d'euros. Le joint-venture développera un projet basé sur l'utilisation des ressources des deux pays, le gaz naturel gabonais et les phosphates marocains. 
 
Le complexe construit au Gabon comprendra une unité de production d'ammoniaque utilisant du gaz naturel gabonais et une unité de production d'engrais à base d'ammoniaque sise à Port-Gentil. Au Maroc, le projet intègrera deux unités de production d'acide phosphorique utilisant le phosphate provenant des sites de la région de Khouribga (bassin d'Ouled Abdoune) et une usine d'engrais. La capacité totale de production des deux complexes visera les 2 millions de tonnes (Mt) d'engrais d'ici à 2018, soit, selon ses promoteurs, l'équivalent de la consommation actuelle d'engrais phosphatés en Afrique. Cette production additionnelle sera destinée aux pays de l'Afrique sub-saharienne où la consommation d'engrais est environ dix fois inférieure à la moyenne mondiale. Elle devrait participer à la hausse attendue de la production agricole de l'Afrique. 
 
A terme, ce sont plus de 5 000 emplois, directs et indirects, qui devraient être créés au Gabon, au Maroc ainsi que dans d'autres pays de la région, a expliqué le ministre marocain de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l’Économie numérique, Moulay Hafid Elalamy. Ce vaste projet devrait entrainer "la dynamisation d'un tissu de PME/PMI et la création d'un écosystème de sous-traitance autour du projet, à l'instar de la plateforme de Jorf Phosphate Hub". Depuis longtemps, le Maroc a des liens étroits avec le Gabon, avec une forte présence dans les télécoms, le secteur bancaires, les mines et les transports maritimes.

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation