imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Le charbon toujours roi en Allemagne

Le 15 octobre 2013 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Energie, Electricité, Gaz, Charbon


La part du charbon dans la production d'électricité en Allemagne va dépasser les 50% en 2013, aux dépens  du gaz naturel, trop cher.

 

Les centrales thermiques allemandes au charbon ont augmenté leur production pour les trois premiers trimestres de 2013 de 5% sur un an, à 189,4 TWh, indiquent les derniers chiffres publiés par le groupe de réflexion Fraunhofer Institute (ISE). Dans le même temps, l'utilisation de gaz naturel a chuté de 18% à 29 TWh. En baisse de 8%, la production des éoliennes équivaut à celle des centrales à gaz, à 29 TWh, alors que la production d'électricité d'origine solaire s'appréciait de 5% à 26,2 TWh. L'énergie nucléaire a poursuivi son déclin à 66,7 TWh, en baisse de 2,6%, et l'hydroélectricité est en légère hausse à 13,2 TWh.

 

Selon les dernières estimations de l'énergéticien BDEW, la demande d'énergie en Allemagne a reflué sur un an de 1,6% à 260,1 TWh au premier semestre 2013 et il ne semble pas qu'il y ait eu de reprise depuis. En 2012, les centrales au charbon généraient 45% de l'offre d'électricité du pays suivi des renouvelables (22%), du nucléaire (16%) et du gaz naturel (11%). Sur l'ensemble de l’année 2013, le charbon devrait générer plus de 50% de l'électricité produite. La faiblesse de l'énergie d'origine éolienne pourrait bien réduire la part des renouvelables. Le résultat final dépendra comme toujours de l'évolution du climat au quatrième trimestre. La part du gaz naturel tombera sous les 10% mais les énergéticiens maintiendront en fonctionnement leurs centrales au gaz pour des raisons de sécurité en hiver, bien que même les plus modernes ne soient guère rentables.

 

L'effondrement des cours des crédits carbone, la baisse des prix du charbon thermique, notamment importé des Etats-Unis, et la hausse de ceux du gaz naturel sont responsables de cette tendance qui voit la houille prendre des parts au gaz en raison de sa profitabilité plus élevé pour les électriciens. Selon Platts, l'écart entre le charbon et le gaz atteint 26 euros par MWh et il faudrait que le cours des permis EUA (European Union Allowance, correspondant à l'émission de CO2) grimpe à plus de 40 euros par tonne.  

 

En deux ans, les prix du charbon thermique ont chuté de plus d'un tiers, tombant début octobre sous les 82 dollars la tonne. Les cours des crédits carbone qui tournaient autour de 20 euros la tonne en 2011 ont tutoyé les 3 euros en 2013 et viennent de replonger sous les 5 euros après un léger redressement. Inversement, les prix du gaz naturel en Europe (APX ZTP à Zeebruge) sont toujours proches de 26-27 euros par MWh, comme en 2011. A ce tarif, les plus modernes installations utilisant du gaz sont dans le rouge, ont calculé les analystes de Platts. A l'inverse, les centrales utilisant du lignite disposent de 20 GW de capacité et sont rentables.

 

D'ici à 2015, les producteurs allemands d'électricité compte ajouter 7,3 GW de nouvelles capacités de centrales thermiques au charbon dont 4 GW d'ici à la fin du premier trimestre 2014, indique une enquête de Platts sur les grands opérateurs. RWE, le plus important électricien allemand vient cependant d'annoncer un report à mars 2014 du lancement de sa centrale de Hamm après un incident. Les autres principaux projets sont ceux de Vattenfall à Moorburg (1,600 MW), le RDK 8 d'EnBW à Karlsruhe (912 MW), de Steag à Duisburg Walsum (725 MW) et de GDF Suez à Wilhelmshaven (800 MW).

 


Une question ? nous contacter


À la une
  • A suivre dans l'actualité

    • Métaux non ferreux (1350)
    • Matières premières industrielles (815)
    • Produits agricoles (660)
    • Energie (641)

© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -