imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

De l’uranium australien pour Rosatom

Le 07 juin 2012 par Daniel Krajka


Le champion russe du nucléaire sécurise une nouvelle source d’approvisionnement en uranium.

 

Lors du salon ATOMEXPO 2012, la filiale du champion russe de l’atome Rosatom, JSC Techsnabexport et la compagnie minière anglo-australienne Rio Tinto, ont signé un accord pour la livraison d’uranium australien. L’ambassadrice australienne en Russie, Margaret Twomey, assistait à la cérémonie. C’est ERA (Energy Resources of Australia), une filiale à 68,4% de Rio Tinto qui livrera le minerai.

Les livraisons devraient débuter au troisième trimestre 2012, via le port de Saint-Pétersbourg. L’uranium australien sera ensuite traité dans une usine d’enrichissement appartenant à une autre filiale de Rosatom, TVEL Fuel Company - JSC «Siberian Chemical Plant», située dans la ville de Seversk, dans la région de Tomsk. Le combustible sera ensuite réexporté, sous forme d’hexafluorure d’uranium faiblement enrichi, vers des centrales étrangères.

« C’est la première fois que de l’uranium australien est livré pour être enrichi et converti dans des unités russes. Les implications pratiques qui s’ouvrent pour nous d’une nouvelle source fiable d’uranium vont nous permettre d’augmenter nos flexibilités contractuelles offertes à nos clients », s’est réjoui le directeur général de Tenex, Alexeï Grigoriev, lors de la cérémonie de signature. Cet accord a été rendu possible après la signature en juin 2011, par le groupe Rosatom et l'Agence australienne pour la non-prolifération et l'application des garanties d’un mémorandum annexe à l'accord intergouvernemental sur le nucléaire civil.

Le nouvel accord permet la livraison d'uranium australien à la Russie qui en assurera le traitement et pourra l'utiliser pour alimenter ses propres réacteurs nucléaires. L'ancien accord russo-australien, signé en 1990, ne prévoyait que le traitement de l'uranium fourni à la Russie par l'Australie pour le compte de pays tiers. L’Australie est le troisième pays producteur d’uranium loin cependant derrière le Canada et le Kazakhstan. Le site minier de Ranger, appartenant à ERA, est le deuxième site australien derrière Olympic Dam, détenu par BHP Billiton.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation