imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Cameco démarre sa mine d'uranium de Cigar Lake

Le 14 mars 2014 par Daniel Krajka


Après près de dix ans de travaux le Canadien Cameco, associé dans ce projet à Areva, démarre une mine d'uranium qui assurera à terme plus de 10% de l'offre mondiale. 


La compagnie minière canadienne Cameco a mis en activité le 13 mars sa mine d'uranium de Cigar Lake, située au nord de la province canadienne du Saskatchewan. Situé à 660 kilomètres au nord de Saskatoon, Cigar Lake a été découvert en 1981. Les travaux ont commencé en 2005 et auront nécessité 2,6 milliards de dollars canadiens (2,35 milliards de dollars) d'investissement. Cameco, qui est l'opérateur de la mine, en détient 50,025%. Le français Areva, dont l'usine de McClean Lake traitera le minerai extrait, en détient 37,1%. 
 
"Cigar Lake est l'un des projets miniers dans le monde les plus complexes techniquement", a déclaré Tim Gitzel,
le PDG de Cameco. La mine souterraine est exploitée par un système de forage utilisant de l'eau à haute pression. Ce procédé a été développé par les deux partenaires, C'est le deuxième gisement à forte teneur, après la mine voisine de McArthur River, également détenue par Cameco. Il a fallu renforcer par congélation les terrains d'où est extrait, à 450 mètre de profondeur, le minerai de Cigar Lake.  
 
L'usine de McClean Lake, devrait entrer en production au deuxième trimestre 2014. La première année sa production devrait se situer entre 2 et 3 millions de livres d'uranium. Lorsque sa montée en puissance sera réalisée, en 2018, sa production devrait grimper à 18 millions de livres, soit 8 100 tonnes, plus que la production actuelle de McArthur River, la première mine d'uranium mondiale. Deux foreuses utilisant de l'eau sous haute pression seront alors utilisées simultanément. Cette méthode n'a pas encore été testée grandeur nature, des problèmes pourraient se présenter et affecter les volumes produits, note Cameco. Les réserves prouvées et probables de la mine sont de respectivement 114,9 et 101,8 millions de livres d'U3O8.
 

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -