imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

ARMZ acquiert la totalité du producteur canadien Uranium One

Le 14 janvier 2013 par Daniel Krajka


La filiale de Rosatom détiendra des actifs dans l’uranium en Australie, aux Etats-Unis et au Kazakhstan.

 

Le deuxième producteur canadien d’uranium – derrière Cameco – vient d’annoncer un accord avec le russe Atomredmetzoloto (AMRZ) pour l’acquisition par la filiale de Rosatom de la totalité de son capital. ARMZ et sa filiale Effective Energy détenait déjà depuis 2010 51,4% des actions d’Uranium One. Le prix versé aux actionnaires minoritaires sera de 2,86 dollars canadiens par action, supérieur donc de 19% à sa valeur boursière en clôture du 11 janvier. Uranium One étant évalué à hauteur de 2,74 milliards de dollars canadiens (2,79 milliards de dollars), ARMZ devra payer 1,33 milliard de dollars canadiens.

 

Avec sa filiale Uranium One, ARMZ, qui produit également de l’or et des métaux rares, était en 2011 le quatrième producteur mondial d’uranium avec 7 088 tonnes, soit 13% de l’offre mondiale, selon les chiffres de la World Nuclear Association. Uranium One, basé à Toronto, détient des actifs miniers au Kazakhstan, aux Etats-Unis et en Australie. Il est également l’opérateur du projet Mkuju River en Tanzanie.

 

Le contrôle de ces actifs est particulièrement important pour Rosatom et sa filiale ARMZ. En 2011 la production russe d’uranium est tombée sous les 3 000 tonnes. La nouvelle mine australienne d’Honeymoon, lancée en octobre 2011, a une capacité de 339 tonnes d’uranium par an. Entrée en production commerciale en mai 2012, Willow Creek aux Etats-Unis aura une production de 500 tonnes. Ces nouvelles mines ainsi que les nouveaux projets au Kazakhstan vont permettre à Uranium one d’accroitre encore une production qui atteignait déjà 4 800 tonnes en 2011 soit environ 70% de la production totale d’ARMZ. Pour alimenter ses centrales nucléaires en Russie et fournir ses clients à l’étranger, Rosatom et ARMZ ont lancé un vaste plan d’exploration et de développement de nouveaux gisements d’uranium. Les actifs de sa filiale canadienne seront forts utiles avant que ce plan ne soit achevé.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -