imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Construction d'une fonderie de zinc au Kazakhstan

Le 28 octobre 2003 par Rédaction L'Usine Nouvelle

Kazakhmys Corporation traitera lui-même ses concentrés de zinc, et devrait profiter d'une hausse des cours.

Le géant kazakh du cuivre, Kazakhmys Corporation, vient de poser la première pierre de la construction d'une fonderie de zinc, à Balkhach dans le Karaganda, au centre du pays.

Un investissement de 120 millions de dollars sera nécessaire pour la réalisation de cette unité, d'une capacité de 100 000 tonnes de zinc par an. L'usine devrait produire 40 000 tonnes de métal, dès 2004, et atteindre son plein rendement en 2006.

Kazakhmys est le neuvième producteur de cuivre et le quatrième producteur d'argent dans le monde. Il a également produit 72 300 tonnes de concentré de zinc en 2002. C'est ce concentré que le producteur kazakh utilisera dans sa nouvelle unité pour produire des barres, un produit fini, qu'il compte exporter.

La consommation mondiale de zinc est tirée par l'appétit grandissant de la Chine en acier galvanisé (principale utilisation du zinc). Si, selon l'Economist Intelligence Unit, la consommation occidentale ne devrait croître que de 1,6 % en 2003, un bond de 7,8 % de la consommation chinoise devrait porter la hausse de la demande mondiale à 3,1 %.

La reprise occidentale attendue par l'institut britannique lui permet de pronostiquer pour 2004 et 2005 des taux de croissance de la demande mondiale respectivement de 4,7 et 4,5 %. Les fermetures de certaines fonderies et la sous-utilisation d'autres - la production occidentale devrait baisser de 1,8 % -, ont réduit un surplus qui, selon l'EIU, ne devrait pas dépasser 60 000 tonnes en 2003.

La production globale de zinc raffiné, après une légère baisse en 2003, devrait se redresser en 2004 et 2005. Cette hausse de la production sera toutefois nettement inférieure à celle de la demande, permettant une notable appréciation des cours. L'EIU prévoit ainsi des moyennes de 917 dollars pour la cotation au comptant en 2004 et de 1 054 dollars en 2005.

Si les prévisions de John Newman, de Natexis Metals Review, sont plus mesurées, 930 dollars pour 2004 et 1 000 pour 2005, il envisage deux autres scénarii à moyen terme. Dans le premier, le ralentissement de la demande chinoise restreindrait ses prévisions à 800 et 775 dollars. Son scénario haussier, qui repose sur un marché tendu par le manque de nouvelles capacités, projetterait la tonne de zinc à 1 150 et 1 200 dollars pour les deux prochaines années.

Daniel KRAJKA


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -