imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Le caoutchouc restera cher

Le 26 avril 2011 par Pascal Coesnon


Le recul de la production thaïlandaise maintiendra les prix à un niveau élevé.

Pour la première fois depuis 2007, la production de caoutchouc naturel devrait enregistrer un déclin chez le premier producteur mondial, la Thaïlande, qui pèse pour 30 % de l’offre mondiale. Selon Luckchai Kittipol, le président de la Thai Rubber Association, la production thaïlandaise devrait s’élever à 3,2 millions de tonnes (Mt) cette année, contre 3,25 Mt en 2010 et une précédente estimation de 3,49 Mt. Des précipitations hors normes dues au phénomène climatique la Niña ont causé des inondations fin mars dans dix des quatorze provinces du sud (près de 80 % de la production nationale), détruisant 50 000 rai (8 000 hectares) de plantations d’hévéas, estime le ministère thaïlandais à la Prévention et à la Réduction des catastrophes. Si les arbres doivent être replantés bientôt, ceux-ci n’entreront en production qu’au bout de sept ans, se désole Luckchai.
 
« Evidement, cela devrait conduire à une hausse des prix du caoutchouc et à une augmentation des coûts de production pour les producteurs de pneumatiques, principalement pour les fabricants de pneumatiques pour camions qui utilisent de plus grands volumes », indique Niels Fehre, un analyste de HSBC Trinkaus & Burkhardt. « Avec la perspective d’une demande forte non seulement en Chine et en Inde, mais également en Europe et au Japon, le prix de référence du Thai RSS3 ne devrait pas tomber sous les 5 dollars le kilogramme cette année », souligne Luckchai, contre 3,60 dollars en moyenne en 2010. Aujourd’hui, le RSS3 se négocie entre 5,80 et 6 dollars le kilogramme. En Indonésie, le deuxième producteur mondial (2,972 Mt en 2011), le kilogramme de SIR20 devrait se négocier en moyenne à 4,5 dollars cette année, contre 3,11 dollars en 2010, anticipe Asril Sutan Amir, le président de l’Indonesian Rubber Association (Gapkindo).
 
La Chine reste le moteur de la demande
 
Selon Su Bo, le vice-ministre chinois de l’Industrie et des Technologies de l’information, les ventes de véhicules en Chine ont atteint 18,1 millions d’unités (+32,4 %) en 2010, dont 13,8 millions de voitures particulières (+33 %). D’ici à 2015, les ventes devraient s’élever de 27 % à 23 millions d’unités. Environ 5 % des Chinois possèdent leur propre véhicule, contre 55 % des Européens, estime Grégoire Olivier, le directeur exécutif de PSA Asie. Une belle marge de progression qui devrait largement profiter aux producteurs de caoutchouc naturel.

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation