BTP
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Recul des semis américains

Le 09 avril 2009 par Rédaction L'Usine Nouvelle

Afin de limiter les pertes financières, les agriculteurs rechignent à semer.

Echaudés par la crise financière qui a fait chuter les cours de l'ensemble des graines, « les agriculteurs américains ont répondu en réduisant les surfaces cultivées », indique Hussein Allidina, un responsable
matières premières chez Morgan Stanley. Selon Joe Glauber, l'économiste en chef et rapporteur des dernières perspectives de semis du département américain à l'Agriculture (USDA), les surfaces emblavées en blé et en maïs reculeraient cette année de respectivement 7 % et 1 %, à 23,73 et 34,4 millions d'hectares, soit en tout 2,4 millions d'hectares de moins qu'en 2008. « Les agriculteurs cherchent à réduire leurs dépenses car les cours actuels ne couvrent pas les coûts de production, en particulier dans les
exploitations modestes », explique Chad Hart, un économiste à l'université de l'Iowa.

Même le soja, moins onéreux à cultiver car demandant une quantité moindre d'engrais, ne fait pas recette auprès des agriculteurs. S'attendant à une augmentation des surfaces semées de l'ordre de 1,5 million d'hectares, les analystes ont été unanimement surpris par le rapport. Selon l'USDA, celles-ci atteindraient
bien un niveau record, à 30,76 millions d'hectares, mais qui est à peine supérieur au chiffre de 2008 (30,375 millions).

Pascal Coesnon

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation