imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

« Le cours du coton a atteint un niveau historique »

Le 19 janvier 2011 par Rédaction L'Usine Nouvelle
* Mots clés :  Entretien


ENTRETIEN  Entretien avec Yves Christophel, président de l’Association française cotonnière (Afcot) et dirigeant de la Société cotonnière de Distribution (CDI).

Peut-on parler de volatilité des prix pour le coton ?

Oui, en effet. La variation des cours du coton d’un jour à l’autre relève du jamais vu ! Le prix de la livre à la bourse de New-York, ordinairement situé entre 50 et 80 cents, est aujourd’hui à 150 cents.

L 'index A de Cotton Outlook est ainsi passé de 87 cts/lb début août 2010 à 186 cts/lb en décembre dernier. Depuis 2008, les nombreux flux financiers sur les matières premières ont eu pour conséquence un effet de levier sur les bourses de ces dernières.

 

Comment a évolué le marché du coton ces dernières années ?

L’offre ayant été supérieure à la demande, les prix ont stagné durant plusieurs années, entraînant un certain désintérêt pour la culture du coton. Entre 2007 et 2008, les cultures alimentaires et celles destinées aux biocarburants ont pris la place du coton sur de nombreuses terres cultivables.

Avec la crise de 2008, un recul net de la consommation a été enregistré… Mais il est bien connu que la demande repart toujours à un moment ou un autre dans le textile : ceci s’est effectivement produit dès mi-2009, avec une forte demande, mais peu de production. Les prix ont alors grimpé, faisant le bonheur des producteurs. Le cours du coton a atteint aujourd’hui un niveau historique.

Ainsi, les moyennes annuelles des index A (indice défini quotidiennement par la société Cotton Outlook sur la base d'une moyenne d'offres sur le marché mondial) des années précédentes sont bien inférieures à celle déjà atteinte pour la campagne en cours : 132,11 US cents par livre anglaise à ce jour (cts/lb), contre 77,54 cts/lb pour 2009/2010 et 61,18 cts/lb pour 2008/2009 !

 

Qu’en est-il des récoltes 2010-2011 ?

Les récoltes, qui se font en majorité dans l’Hémisphère nord, sont très décevantes cette saison. Les inondations au Pakistan cet été ont réduit de 15 % la production de coton du pays, tandis que les Indiens ont suspendu les exportations pour privilégier leur marché intérieur. En Chine, le plus gros producteur de l’Hémisphère nord, la récolte est également en-deçà des attentes, avec une baisse de 8 % de la production.

La production de l’Hémisphère nord ne va donc pas être suffisante. On attend cependant les récoltes de l’Hémisphère sud (Brésil, Argentine, etc.) qui commenceront vers mai-juin 2011, mais là encore les inondations actuelles en Australie auront des conséquences néfastes sur le volume de production.

 

Que prévoyez-vous pour les prochaines campagnes ?

Les pays producteurs de l’Hémisphère nord vont semer dès mars-avril prochain. On pense que pour la campagne 2012, il y aura davantage de coton. Du fait qu’il y ait de moins en moins de terres disponibles, je pense également que le prix du coton sera meilleur pour les producteurs que ces dernières années. On peut imaginer que les prix tourneront désormais autour de 100 cts/lb, au lieu des 50 à 80 cts/lb.


Propos recueillis par Léopoldine Lanfrey

 

 

Dossier
L’ordinaire volatilité des cours des matières agricoles

- Les prix agricoles rejouent le scénario de 2008

- L'américain BlackRock, l’un des leaders mondiaux de la gestion d'actifs, mise sur les entreprises de services à l'agriculture.



- Le cacao rebondit sur fond de crise ivoirienne

- Cacao : pas encore de quoi s’affoler



- Emeutes en Algérie : les prix flambent, la rue aussi

- L’Algérie plafonne les prix du sucre et de l’huile



- La volatilité au centre des préoccupations du gouvernement

- L'Algérie se presse d'acheter du blé pour éviter les émeutes



- « Le cours du coton a atteint un niveau historique »

- L'effet météo pourrait provoquer des envolées des cours du blé



- L’agriculture argentine touchée par les grèves

- Nicolas Sarkozy veut réguler les prix agricoles



- Ouattara ordonne l’arrêt des exportations de cacao ivoirien

- Les économistes minimisent le rôle des spéculateurs sur la volatilité des prix



- Les pluies en Argentine sauvent une partie des récoltes

- Le cours du sucre proche de son record



- Prix des matières premières : Bruxelles admet le rôle de la spéculation

- « Des achats de céréales au jour le jour seraient très risqués dans les circonstances actuelles »



- La production chinoise de blé menacée par le froid sec

- « C’est au niveau mondial qu’il faut gérer les stocks de matières agricoles »



- Machinisme agricole : un SIMA 2011 sur fond de croissance

- « Arrêtons de considérer les denrées alimentaires comme les autres denrées »



- Le plus industriel des agriculteurs

- Barnier veut lutter contre les abus sur les marchés agricoles




Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation