imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Le caoutchouc sous les eaux

Le 04 novembre 2010 par Pascal Coesnon
* Mots clés :  Asie


Les inondations, qui frappent l’Asie du Sud-est, perturbent les livraisons de gomme. Les cours battent des records sur l’ensemble des bourses.

 

Les cyclones et les pluies de mousson, qui ont touché l’ensemble des pays producteurs de caoutchouc naturel d’Asie du Sud-est, auront submergé une bonne partie des terres agricoles et tué plusieurs milliers de personnes, notamment en Thaïlande, au Vietnam et en Malaisie. Hier, les inondations se sont étendues à deux nouvelles provinces en Thaïlande, portant le nombre à 50 sur les 76 qui subdivisent le pays, indique le ministère thaïlandais à la Prévention et à la Réduction des catastrophes. Dix des quatorze provinces du sud sont sous les flots, une région qui compte pour 68 % de la production de caoutchouc naturel du numéro un mondial. A Hat Yai, dans la province de Songkhla, le centre du commerce de caoutchouc du pays est fermé depuis deux jours, 80 % de la ville étant inondée, s’alarme le Rubber Research Institute of Thailand. « Les planteurs ne peuvent plus saigner les hévéas à cause des conditions climatiques, ce qui réduit la production. Les inondations et les pluies persistantes peuvent aussi endommager les stocks », indique Chaiwat Muenmee, un analyste du trader DS Futures. Le phénomène climatique a également touché la Malaisie et le Vietnam, les troisième et quatrième exportateurs mondiaux de gomme.

 

« Le marché s’inquiète d’une chute de la production des principaux pays producteurs d’Asie du Sud-est, alors que la demande reste forte », s’alarme Navarat Kaewpratarn de Future Agri Trade. La Thaïlande, l’Indonésie et la Malaisie comptent pour 70 % de la production mondiale de caoutchouc naturel. Selon Luckchai Kittipol, le président de la Thai Rubber Association , la production thaïlandaise devrait chuter de 4,1 % au quatrième trimestre, à 930 000 tonnes. En octobre, la production indienne, numéro quatre mondial, a chuté de 7,6 % par rapport à octobre 2009, à 82 000 tonnes, suite à des précipitations supérieures à la normale, indique le Rubber Board. Après avoir abaissé une première fois ses estimations de croissance de la production de 6,3 à 5,4 % cette année, à 9,4 millions de tonnes (Mt), l’Association of Natural Rubber Producing Countries (ANRPC) devrait à nouveau réviser ce chiffre à la baisse.

 

La Chine, le premier importateur mondial de caoutchouc avec 33 % de la demande globale, devrait augmenter ses importations de 42 % au quatrième trimestre, portant le total à 1,68 Mt cette année, contre 1,59 Mt en 2009. Les stocks chinois ont plongé de 71 %. « Avec de tels fondamentaux sous-jacents, je pense que le cours du caoutchouc va bientôt briser le seuil psychologique de résistance de 340 yen sur le Tokyo Commodity Exchange (Tocom) », suggérait Ker Chung Yang, un analyste matières premières du broker Phillip Futures. De fait, le contrat avril s’échangeait hier à 342,1 yen le kilogramme (4,23 dollars). En Chine, sur le Shanghai Futures Exchange, la tonne de caoutchouc touchait 33 755 yuan (5 076 dollars), un plus haut historique. Le contrat juin atteignait un niveau record de 126,50 baht (4,26 dollars) le kilogramme sur l’Agricultural Futures Exchange of Thailand. Sur le Singapore Commodity Exchange, le contrat avril s’échangeait à 4,14 dollars par kilogramme, un niveau encore jamais égalé.

 

Pessimiste, Jom Jacob, un économiste senior de l’ANRPC, s’attend à ce que « la situation du marché empire, et persiste jusqu’à la fin de l’année prochaine ».


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -