imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Des métaux critiques, très critiques

Le 10 mars 2011 par Daniel Krajka


Lynas

Un spectre hante les pays industrialisés, le risque de rupture d’approvisionnement en métaux critiques, indispensables aux industries innovantes à haute technologie.

 

La question des métaux critiques n’est pas nouvelle, Christian Hocquard nous a rappelé lors du colloque, avoir alerté ses autorités de tutelle dès 2005. Elle a été amplifiée par la décision des autorités chinoises de réduire fortement ses exportations de terres rares, des produits dont elle assure à elle seule 97% de l’offre globale. Réunis lors d’un colloque organisé par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), de nombreux intervenants se sont succédés le 8 mars 2011 pour tenter de faire le point sur les « enjeux des métaux stratégiques : le cas des terres rares ».

                  

L’accès à certains métaux « ne va pas de soit », a souligné le député Claude Birraux, président de l’OPECST. Utilisées depuis longtemps dans les pierres à briquet, les terres rares ont attendu le projet Manhattan dans les années 1940 pour être séparées et les années 1970 pour que l’une d’elle, l’yttrium, trouve dans la télévision couleur une application de masse, a ensuite rappelé Pierre Caro, membre de l’Académie des technologies.

 

Saint-Gobain Solar Systems est très concerné par l’approvisionnement en indium, métal indispensable à sa nouvelle technologie photovoltaïque CIGS. Il faut identifier production et réserves, sécuriser l’approvisionnement au moyen de contrats à long terme et si besoin prendre des participations dans des mines. L’entreprise travaille également à la réduction de sa consommation avec un objectif de diviser par trois d’ici à 2020 sa consommation par GW installé.

 

Lors d’un voyage en Chine en 2004, Eric Noyrez, le PDG de Lynas Corp, constatait les conditions désastreuses de l’extraction et du traitement des terres rares en Chine. Le pays allait réagir en restructurant ce secteur et en réduisant progressivement les exportations. Un milliard de dollars pour alimenter en terres rares à bon marché les pays industrialisés, ce n’était guère payé en égard au désastre environnemental et humain. Retardé par les inondations en Australie, la mine de Mount Weld démarrera en mars alors que l’usine de séparation en Malaisie entrera en activité au 3 e trimestre 2011. Lynas a également un projet important au Malawi.

 

La division terres rares de Rhodia compte 1 100 salariés, a indiqué Frederic Carencotte, son directeur industriel. Seule entreprise en Europe à raffiner et à séparer l’ensemble des terres rares, le groupe a diversifié ses approvisionnements en investissant dans Lynas et en signant des contrats à long terme. Mieux utiliser, optimiser et recycler sont ses trois axes de développement. Il travaille à la réduction de sa consommation – un tiers de terbium en moins dans la production de luminophores –  ainsi qu’au recyclage, dans le processus de production et dans les produits en fin de vie, il va se lancer dans le recyclage des poudres luminophores des ampoules basse consommation.

 

Intervenant au milieu de la session, Eric Besson, ministre auprès de la ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, chargé de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique, a souligné que la France et l’Union européenne avaient vocation à être des producteurs et pas seulement des consommateurs. Il a indiqué que 250 millions d’euros seraient disponibles pour l’éco-conception, soit 600 millions avec l’effet de levier. Rappelant la dimension européenne du problème, Eric Besson a souligné qu’il n’y a pas d’industrie sans accès aux métaux stratégiques et rares.

 

Fin connaisseur de la problématique, Christian Hocquard, un économiste géologue du BRGM, a rappelé les quatre critères de la criticité d’un métal : la petite taille du marché, son extraction souvent en sous-produit, un prix élevé et très volatil et enfin son caractère indispensable dans la fabrication de nombreux produits à haute technologie. Il a souligné l’importance de contrôler l’ensemble de la filière, « from mine to magnet », selon l’expression utilisée par le programme américain sur les terres rares.  

« Il y a trois types de crises », a souligné l’économiste, énumérant les crises conjoncturelles, provoquées et structurelles. Dans le cas des métaux critiques, le vrai risque n’est pas l’envol des prix, mais bien la pénurie, a-t-il insisté. L’intervention de Jean-Claude Samama, qui a travaillé avec Christian Hocquard, est précisée dans notre entretien du 10 mars.

 

Benoît de Guillebon, un ingénieur de l’Ecole centrale de Paris, a rappelé que le Monde était fini alors que la consommation des ressources était exponentielle. Face aux hausses combinées des demandes de métaux et d’énergie, il faut anticiper leur raréfaction. Le recyclage ne peut que retarder l’échéance et la solution est à rechercher du coté de l’éco-conception. Marcel Van de Voorde, un professeur à l’Université technique de Deft aux Pays-Bas, a ciblé la multiplication des éléments nécessaires aux nouvelles technologies. Face à ce défi, les Etats-Unis et le Japon ont pris de l’avance, travaillant en recherche fondamentale sur les possibilités de substitution et de recyclage, sans oublier la formation et l’éducation dans la métallurgie. Gwenole Cozigou , de la Commission européenne, a rappelé l’importance de la question des matières premières pour la stratégie européenne en soulignant les collaborations mises en place.

 

Récemment nommé secrétaire général du Comité pour les métaux stratégiques (Comes), Fançois Bersani a fait le point sur le programme de son organisme. Il a annoncé une prochaine refonte du code minier en France destiné à favoriser la reprise de l’exploration, confiant au BRGM le soin de dresser un inventaire des métaux stratégiques, en France métropolitaine mais aussi en Guyane et en Nouvelle-Calédonie. « Les obligations règlementaires ont changé », a-t-il rappelé par la suite.

Notant les possibilités à long terme de l’exploitation des gisements ferreux marins, il a cité les travaux actuels au large de Wallis et Futuna ainsi que de futurs projets dans les zones maritimes internationales. Reconnaissant le manque de géologues en France, il a cité les efforts du Cesmat et la récente création de l’Enag, un partenariat entre le BRGM et l’Université d’Orléans. Se félicitant du caractère interministériel du Comes, il a souligné la nécessaire collaboration avec les industriels.

Dossier
L'importance des métaux critiques

- Enjeux et contraintes de l’industrie minière

- Les terres rares attirent les brevets



- Pénurie de terres rares à l’horizon

- Terres rares, les Etats-Unis contre-attaquent



- La Chine concentre l’exploitation des terres rares

- L’accès aux métaux rares est critique pour l’Europe



- Les Etats-Unis veulent soutenir la production de terres rares

- Un ETF sur le lithium



- BYD sécurise ses approvisionnements en lithium

- La course aux terres rares



- La substitution au stade expérimental

- Rhodia sécurise ses terres rares



- Chers métaux...

- La Chine maintiendra ses exportations de terres rares en 2011



- Les Etats-Unis, l’autre pays des terres rares

- Le niobium, le meilleur allié de l’acier



- Le meilleur allié de l'acier

- La Chine réduit ses quotas d'exportations de terres rares



- Création d’un Comité pour les métaux stratégiques

- Les restrictions d’exportations montrées du doigt



- Des métaux critiques, très critiques

- « Un pays doit avoir une politique agressive pour sécuriser ses approvisionnements »



- Les terres rares européennes changent de main

- A la recherche des métaux



- Trop de projets pour les terres rares

- Terres rares : les Japonais se jettent à l’eau



- Terres rares : les Japonais regardent au fond du Pacifique

- Les terres rares, des métaux stratégiques pas si rares que cela



- Les métaux à risques

- Des terres rares plus rares



- L’Europe doit faire meilleure mine

- Une baisse des exportations de terres rares chinoises en trompe l’œil



- Une alliance pour sécuriser les approvisionnements de l’Allemagne

- L’Afrique du Sud, nouvel Eldorado des terres rares



- Molycorp lance son concentrateur de terres rares




Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation