imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Areva joue la Chine

Le 05 novembre 2010 par Daniel Krajka


Dans le cadre de la visite officielle d’Hu Jintao à Paris Areva a signé plusieurs accords majeurs avec deux partenaires stratégiques chinois. L’un pourrait même prendre une participation dans un gisement d’uranium au Niger.

Anne Lauvergeon, la présidente du directoire d’Areva et He Yu, Président de CGNPC (China Guangdong Nuclear Power Corp) ont signé un contrat prévoyant la livraison de 20 000 tonnes d’uranium sur 10 ans pour une valeur globale estimée à 3,5 milliards de dollars. Ce contrat remplace un précédent accord de fourniture d’uranium signé en novembre 2007, en parallèle à la commande par CGNPC de deux EPR. Le contrat de 8 milliards d'euros portait sur la construction des EPR à Taishan ainsi que sur l'uranium et les services nécessaires à son fonctionnement. L’entreprise chinoise avait alors reçu la garantie de recevoir 35% de la production du canadien Uramin, qui venait d’être racheté par Areva.

 

En outre, le champion français de l’énergie nucléaire a également signé avec Sun Qin, le président de CNNC (China National Nuclear Corporation), un accord industriel de coopération dans le domaine du traitement-recyclage des combustibles usés, dernière étape avant un contrat commercial, explique Areva dans un communiqué. La construction d'une usine de retraitement des déchets nucléaires du type de La Hague et, pourquoi pas d’une usine de fabrication de combustible de type mox serait envisagée.

 

Areva et CNNC ont également lancé la création de la coentreprise à parts égales CAST (CNNC Areva Shanghai Tubing Co.), qui produira et commercialisera des tubes de zirconium pour la fabrication d’assemblages de combustibles. Située à Shanghai, la nouvelle usine sera opérationnelle dès fin 2012. La France est également ouverte à une coopération avec la Chine pour construire de réacteurs de type Acmea, plus petits que les EPR, a complété un porte-parole de la présidence française.


« Ces accords sont majeurs. Ils représentent une nouvelle étape dans les relations entre Areva  et ses partenaires chinois. Grâce à son modèle intégré, le groupe renforce ses liens avec les grands acteurs électronucléaires que sont CGNPC et CNNC, et consolide ses positions stratégiques sur le premier marché nucléaire mondial », s’est réjouie Anne Lauvergeon.

 

Mais, selon l’Elysée, la coopération entre Areva et ses partenaires chinois pourrait encore s’approfondir. Le groupe serait « prêt à ouvrir à un partenaire chinois une des mines dont il est actionnaire majoritaire » au Niger. Le groupe nucléaire compte investi 1,2 milliards de dollars pour faire du gisement d’Imouraren la plus importante mine d’uranium d’Afrique. L’arrivée d’un partenaire chinois, avec des poches bien remplies, résoudrait le problème de manque de liquidités auquel Areva doit faire face. L’uranium du Niger attire bien des convoitises ; le coréen of Kepco, déjà partenaire d’Areva dans Imouraren, vient proposer à l’Etat nigérien de participer au développement du pays en échange d’une participation accrue à l’exploitation de son uranium.

 

 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -